Eléments de définition

Le cloud (ou cloud computing) est, du côté client, un mode d’utilisation dématérialisé de l’informatique. Celui-ci s’affranchit des aspects techniques (essentiellement matériels, mais également au niveau des logiciels et des services). Il n’investit plus dans l’infrastructure, il l’utilise un peu à la manière de l’énergie électrique : il paie en fonction de ce qu’il consomme et sans vraiment se préoccuper d’où elle vient.

Le concept se base sur la constatation qu’au final, les entreprises n’utilisent qu’une petite partie des ressources informatiques dont elles disposent. Le surdimensionnement est fréquent, en même temps que l’évolutivité est problématique.

La confusion avec l’ASP (Application Service Provider) est fréquente, nous allons tenter d’en dégager les différences.

Caractères distinctifs

  1. Dématérialisation : le client exécute le logiciel (CRM, comptabilité, stockage …) sans investir dans le matériel, ni le logiciel. Il paie une redevance suivant un mode de calcul convenu (généralement en fonction de la consommation, ce qui le distingue de l’ASP classqiue).
  2. Evolutivité : le client peut commencer avec très peu de ressources (et donc un budget très faible) et grandir en fonction de ses besoins (puissance, stockage, nombre d’utilisateurs, temps de connexion …)
  3. Facturation en fonction de l’utilisation : quel qu’en soit le mode (par minute, par connexion, par megabyte …), le client paie généralement en fonction de ce qu’il consomme
  4. Virtualisation : même si cette notion est plus technique, elle est indissociable du cloud computing. Une machine n’est plus associée à un client, le système de cloud utilise un nombre virtuellement infini de machine (l’Internet) dont les ressources sont partagées et allouées en fonction des besoins.

Exemples d’applications

  • Stockage : Amazon EC2 (Elastic Cloud Compute), véritable précurseur en la matière
  • Synchronisation de fichiers : Live Mesh
  • Gestion de la relation client : Sugar CRM
  • Accounting …

Avantages

  • Le client se libère des contraintes techniques :
    • matérielles
    • logicielles
    • mises à jour
    • backup
    • service
  • Pay as you need : je paie en fonction de ce que j’utilise. Le client peut donc commencer par un petit budget.
  • Possibilité de SLA (garantie de niveau de service)
  • Accessible 24h/24 de n’importe où sans installation logicielle ou matérielle lourde (a priori un simple Explorateur Internet)
  • Aspect écologique : meilleure répartition des ressources et optimalisation de la consommation électrique dans les datacenters.

Inconvénients

A examiner au cas par cas (contrat de service) :

  • Garantie de service
  • Proximité de l’opérateur, personnalisation
  • Sécurité
  • Confidentialité
  • Performances (le stockage en cloud est globalement moins performant)
  • Largement dépendant d’une connexion Internet (quoique certains applicatifs tournent en mode hybride avec synchronisation a posteriori : google gears ou live mesh)

Critiques

Les détracteurs du cloud computing font valoir que le concept n’est pas clair, qu’il entraîne une perte de contrôle de l’utilisateur sur ses applicatifs et données, qu’il s’agit d’un effet de mode ou simplement d’un concept marketing réunissant des technologies disponibles depuis des années (virtualisation …).

Chacun peut en penser ce qu’il veut … on ne peut toutefois nier que le cloud définit un modèle économique intéressant et très évolutif. C’est donc probablement dans une synthèse des meilleurs concepts s’opposant pour le moment que se trouve la solution.

Laissez un commentaire