Une petite définition

L’ergonomie web s’entend de l’ensemble des connaissances et règles nécessaires dans le cadre d’un site pour maximaliser confort et efficacité d’utilisation.

Cet objectif de qualité nécessite d’être fixé dès le départ car c’est lui qui guide toute la conception ultérieure. Au même titre que l’aménagement d’une maison, la réflexion ergonomique doit accompagner la conception. Une ergonomie défectueuse ou tardivement prise en considération entraîne le plus souvent une refonte totale du site (coûts et délais exorbitants).

L’ergonomie n’est pas une notion absolue, elle se réfléchit dans un contexte particulier, en fonction d’un public cible et d’objectifs clairs.

Un site pour ados n’affichera pas les mêmes exigences qu’un site pour senior, de même qu’un site business to business par rapport à un site business to consumer, un site de vente par rapport à un portail d’informations … Certaines règles forment certes un tronc commun, nous y reviendrons mais chaque public a aussi des codes propres qu’il convient de connaître pour que celui-ci se sente à l’aise.

Et au bout de chemin, deux objectifs : efficacité et satisfaction.

Les enjeux

Nous reviendrons à plusieurs reprises sur l’ergonomie, mais sachons déjà, qu’une bonne ergonomie signifie :

  1. Des visites qualitativement (temps passé) et quantitativement (nombre de pages vues)
  2. Des clients plus satisfaits et donc plus fidèles
  3. Un meilleur taux de conversion des objectifs (formulaire de contact, appels, ventes …)
  4. Une image plus professionnelle

De nombreuses études font état de gains très significatifs à la suite d’améiorations ergonomiques.

Nous citerons l’exemple vécu d’un formulaire de demande de renseignements dont le taux de transformation a grimpé de près de 500%, simplement en ayant amélioré les deux points suivants :

  • Bouton d’accès visuellement plus attractif et mieux placé (remonté dans la partie visible de l’écran, le « fold », accompagné d’un effet 3D plus attirant, plus « affordant »).
  • Informations collectées moins nombreuses = taux d’abandon plus faible.

Sur quel bouton cliqueriez-vous  ?

ergo_01

NB : ces boutons n’ont aucun lien activé, à ne jamais faire sur un site web ergonomique. Tout ce qui semble cliquable doit l’être … tout ce qui est cliquable doit le paraître … (euh, est-ce clair ?).

Les bases de l’ergonomie

Des centaines de pages ont été écrites sur le sujet, mais l’ergonomie c’est avant tout du bon sens :

  1. Se mettre dans la peau de votre visiteur, connaître ses attentes, son univers et ses références.
  2. Collecter des informations de comportement (mode de navigation, durée, pages vues, taux d’abandon …)
  3. Comprendre les spécificités du web (délai très court pour convaincre, hyperliens, scanning visuel …)
  4. L’ergonomie n’a en soi rien à voir avec la technique, celle-ci doit être au service de l’internaute, pas l’inverse
  5. Fixez-vous des objectifs clairs : informer, fidéliser, acquérir de nouveaux prospects, déclencher des demandes de contact … l’ergonomie doit se charger d’appuyer ces objectifs
  6. Le graphisme a un rôle important à jouer. Il doit faciliter la compréhension du message et rendre la navigation confortable.
  7. La structure de navigation (architecture) doit être mûrement réfléchie et doit permettre au visiteur de trouver l’information qu’il recherche en un minimum de clics.
  8. Tout le monde n’entre pas par la page d’accueil. Pensez à ceux qui arrivent depuis un moteur de recherche … Chaque page doit être claire et s’intégrer dans la structure. Le visiteur qui se pose la question « Où suis-je ? » doit trouver immédiatement la réponse.
  9. Prévoyez plusieurs modes de navigation :
    1. Classique / vertical : menus structurés
    2. Horizontal : mots clés, contenus liés
    3. Moteur de recherche
  10. Mettez votre site à l’épreuve, faites des tests, demandez des avis.
  11. Notez enfin que l’ergonomie (comme tous les autres ingrédients du site web) n’a aucun sens … sans un contenu pertinent et de qualité. On ne le répétera jamais assez.

2 commentaires pour “L’ergonomie, parent pauvre de la stratégie web ?”

  1. L’ergonomie n’est pas du bon sens, l’ergonomie commence là où s’arrête le bon sens. Pour concevoir des interfaces multimodales, les critères et normes ne seront JAMAIS suffisantes, seule une analyse approfondie du comportement des utilisateurs garantit l’ergonomie! Et ça, ça nécessite pour moi de faire appel à des ergonomes ou ingénieurs en facteurs humains qui ont étudié durant 5 à 8 ans le comportement humain!!

  2. Bonjour Delphine. Merci de nous éclairer de cet avis tranché. Mon billet est en effet simplificateur, voire simpliste. Il n’a pour objectif que d’attirer l’attention sur la nécessité d’une réflexion en la matière. Nos clients sont essentiellement des PME et leurs préoccupations (comme leurs budgets) sont très loin de pouvoir intégrer une véritable étude ergonomique. Le bon sens que j’évoque est avant tout celui qui est nécessaire pour admettre qu’il faut réaliser des tests, anticiper les attentes … On en est très loin dans le monde du web.

Laissez un commentaire